vendredi 26 septembre 2008

SALOMÉ

Tout le monde connaît l’histoire de Salomé (de l’hébreu שלום, «Shalom»), fille d’Hérodiade, dansant devant Hérode (Hérode Antipas, gaffe, qu’il en a eu plusieurs d’Hérode, des Salomé aussi) et obtenant en récompense la tête à Jean-Baptiste qui faisait la gueule au dit-Hérode à cause que ce dernier avait épousé la femme à Philippe, son frère. Le frère à Hérode. Il avait marida sa belle-sœur, quoi. Pas de quoi fouetter un chat (d’autant moins que chez les Juifs de l’époque, me semble que c’est la coutume, non ?), mais le Jean-Baptiste était un poil grincheux, faut croire. Il en a conséquemment perdu la tête. Hérodiade, la mother à Salomé, la dite-belle sœur, était poil-poil vindicative car c’est elle qui suggéra cette bonne blague à sa fi-fille, Salomé donc.

Bon, l’histoire est vachement compliquée, qu’il y a des Hérode et des Philippe dans tous les coins, Salomé épouse un Philippe, pas le frère au beau-papa qui doit être mort puisque qu’Hérode a épousé Hérodiade, suivez un peu ! Donc épouse Philippe, fils d’un Hérode, et eu un fils prénommé Hérode comme son grand-père. Elle en eut d’autres, on s’en fiche, ils sont hors sujet sur le coup.

Un vrai chenil, qu’une chatte pourrait pas suivre.

Voila. Tout ça pour dire que, comme les copains, le Caravage, Titien, Moreau (le Gustave) ou Aubrey Beardsley, j’y suis allé de ma Salomé à moi.

Aucun commentaire: